Aller au contenu principal

auto

Le Canada a besoin d'un groupe de travail national sur les véhicules volés

20 novembre 2023 | Par: Craig Stewart, vice-président, Changement climatique et questions fédérales, BAC
Le Canada a besoin d’un groupe de travail national sur les véhicules volés

Le 14 novembre, l'Équité Association a rendu public son palmarès annuel des top 10 des véhicules les plus volés dans le pays. Bien qu'il n'y ait pas beaucoup de surprises sur la liste étant donné que de nombreux véhicules y sont apparus plusieurs fois auparavant, le plus alarmant est le grand nombre de véhicules volés, toutes marques et tous modèles confondus.

L'année dernière, c'était la première fois dans l'histoire que les assureurs du Canada payaient 1 milliard de dollars de réclamations pour véhicules volés. Les provinces canadiennes d'assurance automobile privée, à savoir l'Ontario, le Québec, l'Alberta et la région de l'Atlantique, ont enregistré des coûts de réclamations pour vol de 1.2 milliard de dollars en 2022, soit un triplement par rapport aux 400 millions de dollars environ en 2018. En Ontario, les coûts des réclamations pour vol de voiture étaient d'environ 700 millions de dollars en 2022, en hausse. par rapport à environ 160 millions de dollars en 2018, soit une augmentation stupéfiante de 329 %.

Si les véhicules de luxe haut de gamme constituent des cibles lucratives, les véhicules de tous les jours sont également très recherchés. Ces pertes ont non seulement des conséquences financières pour les familles qui possèdent des véhicules très ciblés (des Honda CR-V aux camionnettes Ford F-150), mais elles provoquent également des perturbations, de l'anxiété et de la peur.

Les impacts du vol de voiture sur la sécurité publique ne peuvent être sous-estimés. Comme nous l'avons constaté dans un certain nombre d'articles inquiétants dans les médias, les criminels ont de plus en plus recours à la violence (carjacking) pour voler des véhicules. Pendant ce temps, les produits illicites provenant des véhicules volés servent à financer le trafic d’armes et de drogues ainsi que d’autres activités criminelles dans nos communautés.

C'est pourquoi l'IBC et un nombre croissant de voix, notamment Les maires des grandes villes de l'Ontario et Ministres canadiens responsables de la justice et de la sécurité publique, expriment de sérieuses inquiétudes quant aux conséquences du vol d’automobiles sur le public et appellent à une réponse gouvernementale coordonnée pour faire face à la crise.

Réduire le vol d’automobiles exigera que nous jouions tous un rôle. Aucune partie prenante ne peut lutter seule contre le vol.

  • Il y a vingt ans, les constructeurs automobiles ont pris des mesures positives pour mettre à jour les technologies antivol de véhicules. Ils doivent maintenant mettre à jour ces technologies et équiper les véhicules de dispositifs de sécurité antivol modernes et efficaces, qui rendent les véhicules canadiens plus difficiles à voler.

  • Les assureurs peuvent prendre des mesures proactives pour éduquercater les propriétaires de véhicules et encourager les clients, par le biais d'incitations, à installer des dispositifs de suivi après-vente.

  • Les gouvernements provinciaux doivent fournir davantage de ressources pour une application coordonnée et interagences. À cette fin, nous sommes encouragés par l'engagement récent du gouvernement de l'Ontario de créer une équipe provinciale contre le vol d'automobiles dotée d'un soutien dédié aux poursuites pour renforcer la capacité provinciale de police et de dissuasion de l'implication du crime organisé dans le vol d'automobiles.

  • Les organismes chargés de l'application de la loi doivent faire un bien meilleur travail en matière de partage de renseignements entre eux afin de récupérer rapidement les véhicules avant qu'ils ne franchissent les frontières provinciales et même qu'ils ne quittent le pays.

  • Enfin et surtout, compte tenu de l’ampleur et de la gravité de la crise, il incombe au gouvernement fédéral de jouer un rôle de leadership pour y faire face. La surveillance doit être renforcée dans les principaux ports du pays où les véhicules sont introduits clandestinement dans des conteneurs maritimes. L'Agence des services et des frontières du Canada devrait disposer des ressources nécessaires et fournir les renseignements nécessaires pour inspecter les conteneurs avant qu'ils ne soient chargés sur les navires. Et surtout, toutes ces approches doivent être coordonnées dans un effort intensif de la part de toutes les parties prenantes pour réduire immédiatement le vol d’automobiles.

C'est pourquoi le BAC demande au gouvernement fédéral de lancer un Groupe de travail national sur les véhicules volés. Le Le groupe de travail devrait réunir des experts et des parties prenantes clés pour valider une série de solutions nécessaires pour réduire les vols de véhicules à court terme et garantir qu'elles sont mises en œuvre de manière coordonnée. Les solutions doivent s'adresser à l'ensemble de la société, en mettant l'accent sur ce que tous les ordres de gouvernement et le secteur privé doivent exécuter en collaboration.

Dans un premier temps, et parallèlement au lancement du Groupe de travail, le gouvernement fédéral doit trouver des moyens de donner immédiatement à l'ASFC et aux forces de l'ordre les contrôles et les ressources nécessaires pour arrêter la sortie de véhicules volés des ports du Canada dans le budget fédéral. 2024. Ils doivent également entamer le processus de moderniser les normes canadiennes très désuètes sur les véhicules, qui n'ont pas été mises à jour depuis 2007, avant l'introduction des technologies de démarrage sans clé et à distance.

Pour en savoir plus sur les solutions politiques nécessaires pour lutter contre le vol d’automobiles, consultez notre document de position : Vol de voiture : une crise nationale.

Et pour découvrir la campagne d'éducation et de protection des consommateurs du BAC, en partenariat avec l'Équité Association, visitez : EndAutoTheft.ca.

Nous croyons que les Canadiens méritent d'être protégés contre le vol et d'être rassurés et de savoir que leurs gouvernements font tout ce qu'ils peuvent pour lutter contre le vol.

Le vol de voiture fait du mal à tout le monde. Quand les voleurs volent, nous payons tous.

À propos de cet auteur

Craig Stewart dirige les travaux nationaux sur la résilience aux catastrophes et les changements climatiques au Bureau d’assurance du Canada. Il copréside la Table consultative nationale sur la résilience et la sécurité face aux catastrophes, qui conseille les ministres fédéraux sur l'élaboration de la stratégie nationale d'adaptation du Canada et sur la réduction des risques de catastrophe en général.

Craig est considéré comme l'un des plus grands experts canadiens en matière de réduction des risques de catastrophe et d'adaptation au climat et a témoigné à de nombreux comités du Sénat et de la Chambre des communes ainsi qu'à des réunions ministérielles fédérales, provinciales et territoriales à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie.